Contact

Catégories d'avion

DA40 3 quart Skytraining
22/12/2015
Le terme "avion" désigne une multitude d'engins volants. Comment s'y retrouver ?

DA40 3 quart Skytraining

 

Le terme "avion" désigne une multitude d'engins volants mais comment s'y retrouver parmi tous ces appareils ?


Il existe différentes catégories d'avions définies par le poids et le moteur de l'avion.

 

 

Du plus léger au plus lourd, ils sont classés de la façon suivante : planeur, motoplaneur, ULM 3 axes puis monomoteur à piston, monoturbine, bimoteur à piston, bimoteur à turbine puis jet légers, mono ou biréacteur et enfin les jet moyens et poids lourds en moteur biturbine ou bi/tri/quadriréacteurs.

Ça vous semble complexe ?

Pas d'inquiétude, voici quelques points de repères pour mieux comprendre cette classification

 

Les planeurs :

Ce sont des avions qui n'ont pas de moteur. Ils sont "propulsés" dans le ciel par un treuil qui est installé au bout de la piste ou par un avion, qui lui est motorisé, et qui le tracte jusqu'à atteindre une certaine altitude. Une fois en haut, l'enjeu du pilote est de profiter des ascensions thermiques pour rester le plus longtemps en l'air. Quand il ne peut plus, ou qu'il ne veut plus voler, il se dirige vers la piste et atterri.

 

Les motoplaneurs :

C'est un planeur motorisé à bon escient. Le pilote met en route un moteur couplé à une hélice à l'avant ou au-dessus de l'appareil pour décoller. Il n'a donc pas besoin de système de treuillage ou d'avion remorqueur pour le décollage.

 

Les ULM 3 axes : 

ULM 3 axes signifie "Ultra Léger Motorisé" piloté sur trois axes. C'est une des familles d'ULM (il y a en 6 en tout). On considère comme ULM tout engin volant ne dépassant pas 450 kg au décollage et emportant à bord maximum deux personnes. Un ULM 3 axes comme le CTLS ou le Dynamics, peut voler très haut et très vite.

Pour piloter ces magnifiques avions, le brevet ULM est obligatoire mais il ne suffit pas. Tout individu ayant passé son brevet ULM dans un appareil plus standard comme l'incontournable "Skyranger", s'apercevra bien vite de la difficulté à rester maître d'un ULM de haute performance. Il faut donc prévoir une formation adaptée qui suivra un programme similaire (PPL) de pilote avion.

 

Les monomoteurs à piston

DA40 extérieur

Ce sont les fameux " petits coucous" également appelés "classiques", ou encore "petits cessna"... Cesnna étant américain, son équivalent français sera le "Robin", bien connus des aéroclubs.

Beaucoup de ces avions ont été conçus dans les années 70. Cette catégorie, soumise à un processus de certification par les autorités aéronautiques, est très robuste. C'est pour cela que l'on peut encore trouver en exploitation des avions de 30 ans d'âge. Bien évidemment, de nouveaux constructeurs sont arrivés sur le marché dans les années 2000 pour proposer des modèles plus performants et confortables.

C'est le cas par exemple de Diamond Aircraft, de Cirrus, d'Aquila qui ont beaucoup innové. Les monomoteurs Cesnna, Piper, Robin sont toujours présents mais ont simplement modernisé leurs modèles.

Pour piloter ces avions, il faut le Brevet de Pilote Privé (PPL ou LAPL, ou BB), avec parfois des variantes (qualifications spécifiques) ou encore l'IFR pour répondre à un vrai besoin déplacement.

 

Les monoturbines :

Il y a eu beaucoup d'évolutions récentes dans cette catégorie. La turbine étant devenue d'une fiabilité éprouvée, plusieurs constructeurs ont investi et proposent des produits très performants. Cette catégorie commence donc à quitter le champ des pilotes privés car leur pilotage demande un excellent niveau de formation que tous les individus ne peuvent s'offrir faute de temps ou de moyens.

Entre les mains d'un professionnel, ou d'un pilote privé motivé, ce sont des avions très pertinents pour se déplacer simplement et rapidement. Ils volent en effet à une vitesse de 350 à 600 km/h, et seront toujours plus rapides que les "bus économiques" utilisés par de grandes compagnies aériennes. Parmi les leaders du monoturbine, le français EADS Socata et sa série TBM, le suisse Pilotatus et son PC12 et les américains Piper (Méridien) et Cesnna (Caravan). Cette liste n'est pas exhaustive, mais quand même représentative du coeur de marché actuel.

 

Les Very Light Jet

Eclipse 500

Ce sont les grands concurrents des monoturbines. Ils sont également appelés VLJ, jets très légers ou ultra-légers, ou encore microjets ou pocketjets. 

C'est Eclipse Aviation, constructeur américain qui a créé le premier VLJ en 2003 : un biréacteur de six places innovant, confortable, rapide... Le VLJ de Eclipse Aviation a d'ailleurs eu tellement de succès que beaucoup de constructeurs se sont positionnés sur le marché à commencer par Piper, Cessna, Embraer... mais également des outsiders comme Honda, Piaggio ou Grob.

Aujourd'hui, ces magnifiques avions abondent sur les tarmacs et offrent, comme les monoturbines, des services exceptionnels aux entreprises pour des déplacements rapides et flexibles.

 

Au-delà de ces catégories, nous quittons l'univers de Sky training pour entrer dans l'aviation lourde. De nombreux constructeurs de biréacteurs comme Dassault ou Bombardier proposent des avions de 10 places et plus, ou des aménagements très luxueux ou spécifiques. ATR, avec ses biturbines, et Embraer, qui construit des biréacteurs, sont sur le marché du transport courte distance. Airbus, avec ses A320 ou A380, et Boeing, avec ses 737 et Dreamliner, gèrent quant à eux le marché du transport de masse tout azimuts.

 


Réalisation : Agence i | propulsé par E-majine